st/histoire/hist_tar03.php stb/histoire
chemin 9__________0 fcheminflag2 Cours de tarot initiatique et traditionnel. M
le bateleur
Cours de tarot initiatique et traditionnel.
Élaboré par Marie Delclos à partir du tarot maçonnique opératif de Jean Dodal.
Description du programme des cours, présentation du tarot de Jean Dodal, vente des cours par correspondance et en téléchargement. Présentation des ouvrages de Marie Delclos, description et vente de livres réédités par l'auteur sous forme d'ebooks (fichiers pdf) en téléchargement et des livres disponibles en librairie.
Brève histoire du tarot de Marseille - 3
Brève histoire du tarot de Marseille - 3
Le tarot de jacques Vieville.

Texte établi à partir des cours de tarot de Marie Delclos, images issue des cours.
Comparaison : de quatre cartes représentant le bateleur.
Le bateleur de Noblet
figure 7
Le bateleur de Noblet : original
figure 7 b
Le bateleur de Dodal
Figure 8
Le bateleur du tarot moderne
Figure 9

A l'époque, tout comme aujourd'hui les représentations des arcanes majeures varient considérablement d'un jeu à l'autre. A-t-il existé plusieurs
modèles anciens ou les maître cartier ont ils voulu dès cette époque marquer le jeu de leur personnalité ? Cette question reste évidemment sans réponse mais selon nous, elle méritait d'être posée.A gauche (figure 7) le Bateleur de Jean Noblet redessiné et recolorisé par Jean Claude Flornoy (éditions letarot.com),figure 7 b la version originale de Jean Noblet (vers 1650), au centre celui de Jean Dodal (vers 1700), à droite le « nouveau tarot de Marseille » dessiné par un graphiste contemporain pour les éditions Trajectoire.
Les tarots de Jacques Vieville : « tarots de Paris ».

Le tarot de Jacques Vieville, maître cartier à Paris entre 1643 et 1664, contemporain de Jean Noblet. est lui aussi très proche du tarot de Marseille que nous connaissons. On y retrouve les couleurs, coupes, épées, bâtons, deniers et les mêmes arcanes majeures, atouts ou tarots allégoriques. Les lames majeures n’ont pas de légende mais sont numérotées. Leurs noms apparaissent de curieuse façon sur l’as de Denier et sur le deux de Coupe sous la forme d’une sorte de rébus comme si tout le monde en fait les connaissait et était donc à même d’y retrouver les noms.

As de denier de Jacques Viéville
Figure 10


On peut lire en effet sur l’as de Denier : PERE SAINCT FAIT MOY YUSTICE DE CE VIELART. MA. E. BAGA AMOVREUX. DE CESTE. DAMEQVY. SOYECRYE.ASONDE TROMPE PAR TOUT L.E MONDE DEPAR LE PAPE LAPAPESSE. LANPEREVR LINPERATRYCE LE SOLEIL. Que l’on peut traduire par « Père sain, fait moi justice de ce vieillard ma et Baga amoureux de cette dame qu’il soit crié à son de trompe par tout le monde de par le pape, la papesse, l’empereur, l’impératrice, le soleil. Ce qui nous donne la Justice, le Vieillard (l’Ermite), Ma (le mat), Baga (le bateleur en italien), l’Amoureux, la Trompe (le Jugement), le Monde, le Pape , la Papesse, l’Empereur, l’Impératrice et le Soleil.Soit les noms de 11 arcanes majeures.

On remarquera le motif en trèfle à quatre feuilles.

Deux de coupe de Jacques Viéville
Figure 11
Sur le deux de Coupe : L’A LVNE LESETOILLES L’A.FOVDRE PRINS AFORCE QVYSOIT PENDVE TRANNAY AV DYABLE. Que l’on peut traduire par « La Lune les étoiles la foudre pren (d) sa force qu’il soit pendu et traîné au diable ». Ce qui nous donne la Lune, les Etoiles, la Foudre (la maison Dieu), la Force, le Pendu, le Traîné ( ou qui traîne : le chariot) le Diable. Sur la lame numérotée XIIII soit la Tempérance une jeune femme verse bien de l’eau d’une cruche dans un vase mais on peut lire comme dans un miroir et sur une sorte de banderole FAMA POS que l’on peut traduire par la « Renommée qui suit » (qui suit sous entendu l’exercice de la tempérance). L ’ordre de numérotation des arcanes majeures est le suivant : 1 Baga (Le Bateleur il. Bagatto) ; 2 Papesse ; 3 l’Inperatryce ; 4 Anpereur ; 5 Pape ; 6 Amoureux; 7 Justice ; 8 le traîné (le chariot) ; 9 La Force ; 10 la roue de fortune ; 11 Viélard (l’ermite) ; 12 Pendu ; 13 la mort ; 14 la Renommée (Tempérance) ; 15 Dyable ; 16 la Foudre ; 17 les Etoiles ; 18 la Lune ; 19 le Soleil ; 20 Trompe ; 21 Monde ; le Ma(t) (fou italien matto).L’ordre des arcanes majeures n’est pas exactement le même que celui du tarot de Marseille. Cependant parmi les triomphes dont l’ordre est interverti nous remarquons le XI et le IX et nous savons que fréquemment on inverse les barres devant ou après le X. On peut y voir une intention. Et dans ce cas il ne resterait qu’une seule inversion la VII et la VIII. Par ailleurs un certain nombre d’atouts sont nettement différents. Sur la XVI, équivalent de la Maison Dieu, la tour est remplacée par un arbre. Sur la XVII, équivalent de l’Etoile, à la place de la jeune femme avec ses deux cruches, se trouve astrologue assis tenant un compas dont une pointe est dressée vers l’étoile. Sur la XVIII, équivalent de la Lune, une femme filant la quenouille sous la Lune remplace l’écrevisse dans son bassin. Sur la XIX équivalent du Soleil, un cavalier, portant un oriflamme, galope sous le soleil à la place des deux personnages. Les autres sont peu près semblables mais sans les codages élaborés du tarot de Jean Dodal.
P 3
1 - 2 - 3 - 4 - >>page suivante